En haut
Qui est la discrète ? - Communication discrète
fade
22
page-template-default,page,page-id-22,eltd-core-1.0,flow | shared by themes24x7.com-ver-1.0,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-light-header,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

Qui est la discrète ?

profil-CD

Je m’appelle Anne-Catherine Baechtel, et si je suis discrète, je ne me cacherai pas derrière un pseudonyme ici.

Je passe une bonne partie de ma vie virtuelle, professionnelle (et donc physique) sur les réseaux sociaux, car je m’occupe de communication web institutionnelle. J’ai œuvré pour l’amélioration de celle d’un Département, et j’agis aujourd’hui pour une Ville. Vous en saurez plus sur mon parcours en cliquant ici.

Un jour, en entretien d’embauche, on m’a demandé de monter sur une table pour réciter un poème. J’ai refusé. Et j’ai été embauchée. Cela ne correspondait pas à ma manière d’être, dans ma vie publique comme dans ma vie privée, ai-je expliqué. J’ai compris alors qu’on prenait bien souvent la communication pour un système tapageur, qui buzze et use de pleins de mots jargonnants anglais issus des techniques #marketing. Je ne nie pas cette part de la com’, essentielle et toujours en pleine évolution. Mais c’est aussi au quotidien, dans les rituels, les échanges, la qualité des informations, et en toute discrétion, donc, que se construit une communication efficace, à moyen voire long terme, doublée d’une forme de relation humaine de confiance, qui, si elle n’est pas physique, n’en existe pas moins.

Pour des raisons professionnelles, j’ai été amenée à observer voire à participer aussi à la communication politique, lors des crises notamment, ou d’actions ponctuelles qui nécessitaient non seulement de valoriser un territoire mais aussi l’engagement d’une personnalité politique pour celui-ci. L’imbrication et l’alchimie que la communication politique doit opérer avec celle de l’Institution est primordiale, autant que sa finesse obligatoire, dans un espace où nous sommes tous spécialistes et où nous avons la possibilité d’interagir directement et en toute égalité avec les plus grands si nous le souhaitons.

Pourquoi communicationdiscrete.fr ?

Je partagerai ici mes analyses de communicante, liées à un medium encore en construction et particulièrement évolutif : celui du web et des réseaux sociaux. Je tiens à préciser néanmoins que ce site n’est pas l’oeuvre d’une militante : je n’adhère à aucun parti politique, et n’ai jamais été investie d’une mission politique à part entière, même si mon action relève de la vie de la cité, donc de la politique dans son sens étymologique (le plus noble que je lui trouve), et que dans ce cadre-ci, il y a encore beaucoup à faire, même si les réticences et validations ne le permettent pas toujours.

Il ne sera pas question, sur communicationdiscrete.fr, d’idées et de programmes politiques : je laisse ce vaste domaine aux éditorialistes et chroniqueurs, qui selon leurs arguments auront l’adhésion de ceux qui ont les mêmes idées qu’eux. Je m’intéresse ici à la communication politique web, c’est-à-dire à la forme et à la diffusion des idées politiques 2.0. Outils numériques, efficacité de certaines campagnes, hiérarchisation de l’information et stratégies… Il y a beaucoup à écrire sur la communication politique web actuelle, en France mais aussi à l’internationale, avec l’avènement de partis politiques tels que Podemos, par exemple, qui a pris son essor en tant que mouvement de contestation citoyen d’abord sur la toile… Mais je ne commencerai pas sur cette page : je vous laisse visiter mon site pour en apprendre davantage, et je me tais :