En haut
Primaire 2016 : et le gagnant des réseaux sociaux est ? - Communication discrète
fade
3753
post-template-default,single,single-post,postid-3753,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow | shared by themes24x7.com-ver-1.0,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,eltd-light-header,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

Primaire 2016 : et le gagnant des réseaux sociaux est ?

Primaire de droite

Primaire 2016 : et le gagnant des réseaux sociaux est ?

Le grand gagnant des réseaux sociaux Facebook et Twitter sera-t-il l’élu de la Droite et du Centre aux élections des Primaires ? Voici un aperçu de l’évolution de la popularité des candidats de la Primaire, entre septembre et novembre 2016.

Facebook : stagnations et explosions médiatiques

Classement sur Facebook (17/09/2016)Candidats sur FacebookLikes sur Facebook (17/09/2016-20/11/2016)Classement sur Facebook (20/11/2016)
n°1page de Nicolas Sarkozy972 000-976 850n°1 (+0,499%)
n°2page de François Fillon147 550-171 750n°2 (+17,1%)
n°3page d'Alain Juppé146 600-160 700n°3 (+9,62%)
n°4Page de Bruno Le Maire112 600-121 200n°4 (+7,64%)
n°5Page de Nathalie Kosciusko-Morizet88 400-92 950n°5 (+5,15%)
n°6Page de Jean-François Copé60 200-62 700n°6 (+4,15%)
n°7Page de Hervé Mariton12 150-12 200n°7 (+0,411%)
n°8Page de Jean-Frédéric Poisson2 750-6 950n°8 (+153%)

Analyses

  • Et la meilleure progression est…  celle de Jean-Frédéric Poisson… Soit, ce n’est pas exceptionnel en matière de chiffres, mais il augmente tout de même ses chiffres de 153% en deux mois. La lumière médiatique apportée par les débats télévisés a sans doute beaucoup à voir avec cette explosion. Elle prouve aussi qu’à court terme, on peut très bien faire une communication politique 2.0 artisanale, et pas forcément digne d’un community manager professionnel, ET attirer malgré tout un nouveau public de sympathisants. Car la page de Jean-Frédéric Poisson est riche en erreurs de débutant de politique 2.0. Exemples : des vidéos Youtube partagées et non mises en ligne sur Facebook (donc moins apparentes avec un visuel carré et petit), des visuels non retaillés et avec trop de texte…
  • Plafond de verre dans les hauteurs ? Nicolas Sarkozy est toujours en première place et jouit d’une audience largement supérieure dès septembre à l’ensemble des autres concurrents des Primaires 2016, et donc d’une possibilité de diffusion de ses idées plus optimisée. Indéniablement, il fait aussi partie des candidats qui ont a leur disposition de lourds moyens de communication… Vidéo, gestion de l’image (moins bling-bling, plus mature), graphisme, slogan et hashtag… Mais une communication lisse et professionnellement passable (pas parfaite : il y a des erreurs comme les posts trop longs ici et ici avec en prime des imperfections syntaxiques… ou encore ici sans aucune image ni mise en forme alors qu’un outil « article » très simple existe sur Facebook) ne fait pas tout, et il semblerait que malgré des moyens conséquents, le candidat n’ait pas convaincu en matière de fond… Du moins, avec la plus faible des hausses recensées sur Facebook, on ne peut pas dire qu’il ait suscité une liesse populaire d’internautes, malgré quelques buzzs flamboyants.
  • Belle progression aussi pour François Fillon, deuxième du classement Facebook et avec 17% de hausse. Le candidat aux Primaire dérangera-t-il le duo Sarkozy-Juppé, annoncé depuis le début de la campagne ? Du moins, et malgré un bandeau de profil outrageusement détouré par Photoshop et avec un blanc… plus blanc que blanc, il aura su allumer des étincelles d’attention sur lui. Par ailleurs, il procède à des partages réguliers avec sa page Fillon 2017 et ses textes de posts sont plus brefs. Synthétique et efficace : le bon élève de ce classement.

Twitter : un classement différent et proche…

Classement sur Twitter (17/09/2016)Candidats sur TwitterFollows sur Twitter (17/09/2016-20/11/2016)Classement sur Twitter (20/11/2016)
n°1@NicolasSarkozy1 392 550_1 456 250n°1 (+4,57%)
n°2@nk_m610 900_634 100n°2 (+3,80%)
n°3@alainjuppe395 350_433 400n°3 (+9,62%)
n°4@FrancoisFillon308 800_328 650 n°4 (+6,43%)
n°5@jf_cope236 050_241 700n°5 (+2,39%)
n°6@BrunoLeMaire205 150_215 800n°6 (+5,19%)
n°7@HerveMariton19 200_19 850 n°7 (+3,38%)
n°8@jfpoisson7812 000_17 800 n°8 (+48,3%)

Analyses

  • Et la meilleure progression est… encore celle de Jean-Frédéric Poisson, avec une hausse de 48,3%, même si c’était, comme sur Facebook, le candidat qui partait du plus bas niveau initial. Soit, l’on remarquera malgré tout que quoi que les primaires furent extrêmement médiatisés, les lignes générales de nos classement n’ont pas bougé, preuve s’il en est que les réseaux sociaux sont une construction de la personnalité politique à moyen et à long terme. Nicolas Sarkozy, même s’il n’a pas suscité l’enthousiasme et un intérêt particulier (ses progressions n’ont rien de sensationnel), reste premier sur les deux réseaux sociaux. Est-ce le ticket assuré pour la suite des primaires ? Nul ne peut le dire à l’heure où cet article est rédigé, mais néanmoins il est un homme politique d’État sur les réseaux sociaux, et cela lui garantit une notoriété et une diffusion plus importante que d’autres candidats, qui, moins installés, doivent alors faire preuve de plus d’audace ou multiplier les canaux pour tenter de toucher plus de citoyens connectés.
  • Sur Twitter, c’est Alain Juppé qui connaît une progression intéressante, même si François Fillon s’en sort lui aussi honorablement si l’on prend Hervé Mariton en « témoin ». Les raisons ? Une communication qui repose beaucoup sur les infographies et les courtes séquences de vidéo, le partage des soutiens du candidat pour créer des interactions lors de cette primaire, l’intérêt suscité lors des débats télévisés et dans la presse…
  • Trop flou, trop mou, trop communicationnellement correct ? Des progressions stagnantes. L’on remarquera que sur Facebook comme sur Twitter, Nathalie Kosciusco-Morizet, Bruno Le Maire et Jean-François Copé ont quant à eux connu des progressions certes, mais difficiles à exploiter car elles ne sont pas remarquables, et elles fluctuent selon le réseau social. Étonnamment, Bruno Le Maire, qui ciblait principalement la jeunesse (et le renouveau), n’a pas connu de rassemblement massif autour de sa personne… Peut-être n’était-il pas assez nouveau et convaincant… notamment lors des débats télévisés. Ou peut-être la technique du ciblage montre-t-elle ici ses failles (car c’est aussi celle qu’a éprouvée Hillary Clinton, et l’on connaît la fin électorale). Pour Jean-François Copé, peut-être eût-il fallu écrire correctement « décomplexée » sur son bandeau twitter aussi, et « voilà » avec un accent sur un tweet épinglé… et ne pas se prendre un… pain (au chocolat à 10 centimes) dans la com’. Enfin, quant à Nathalie Kosciusco-Morizet, même si certains la qualifient de geek, l’on pourra aussi regretter l’absence de rigueur communicante sur Twitter (quand la photo de profil de la candidate cache le mot « France », c’est symboliquement problématique #arbrequicachelaforêt… puis ce fond noir est certes élégant, mais bien sombre quant à l’avenir).

NKM cache la France

Copé et la droite décomplexée

 

Anne-Catherine Baechtel

anne-catherine.baechtel@orange.fr